Mètres carrés dans la vision cadastrale : implications pour les condominiums

Nouvelle visura cadastrale qui apporte également la surface en mètres carrés : voici les implications pour les administrateurs de copropriétés.

C’est il y a quelques jours l’importante nouveauté de l’Agence du revenu qui permet d’obtenir dans les contrôles cadastraux des bâtiments l’indication de la superficie en mètres carrés. Des informations qui s’avèrent précieuses pour les citoyens et les copropriétés, et qui ont des implications à prendre en compte notamment en ce qui concerne le travail des administrateurs de copropriétés.

Nouveaux enregistrements cadastraux : quelles données contiennent-ils ?

Les nouveaux enregistrements cadastraux présenteront désormais les données suivantes :

  • données d’identification des biens (telles que la municipalité, la section urbaine, la feuille, la particule, le subordonné, la zone censuaire, etc.)
  • zone cadastrale calculée selon les paramètres établis par le décret présidentiel n° 138 du 23 mars 1998
  • taille aux fins de l’application de Tari destinée à financer les coûts du service de collecte et d’élimination des déchets, supportés par l’utilisateur.

Nous vous rappelons qu’il est possible d’obtenir un rapport cadastral sur Visure Italia : le service portail vous permet d’obtenir déjà les visures mises à jour avec des mètres carrés.

Mètres carrés dans les visures : revers pour la copropriété

À

la suite de la réforme de la copropriété, un nouveau registre a été envisagé, appelé Registre du registre des copropriétés, qui implique de nouvelles obligations pour l’administrateur du condominium. En fait, il s’agit d’un registre visant à assurer une plus grande transparence de la composition de la structure de copropriété tant dans les relations internes entre les copropriétaires qu’entre ces derniers et l’administrateur, tant dans les relations extérieures avec les particuliers que les autorités publiques.

Outre l’administrateur du condominium, les nouvelles obligations affectent également les copropriétés individuelles, appelés à collaborer avec l’administration en communiquant rapidement les informations demandées et toutes les variations utiles. La discipline prévoit que :

  • chaque condominium est tenu de notifier par écrit à l’administrateur tout changement de registre dans les 60 jours suivant la date de vérification, afin de permettre la mise à jour du registre par l’administrateur lui-même ;
  • dans le cas où le directeur du condominium est informé de tout changement personnel et cadastral par des tiers (par exemple, par le chef d’orchestre), peut et doit demander des lampes par lettre recommandée adressée à la copropriété concernée qui n’a pas fourni les informations susmentionnées ;
  • après 30 jours, en cas d’omission ou de réponse incomplète, l’administrateur devra acquérir différemment les informations nécessaires (en contactant les bureaux compétents) des stas ou des agences spécialisées).

Pour les administrateurs de copropriétés, l’introduction des surfaces en mètres carrés dans les visures cadastrales implique des implications différentes, telles que la possibilité de découvrir des condominiums qui ne déclarent pas combien ils devraient.

Les nouveaux registres cadastraux obligeront les administrateurs à mettre à jour progressivement les données déclarées dans les registres lorsqu’elles ne coïncident pas avec celles de la zone cadastrale. D’autre part, ils seront utiles pour identifier les iniquités de copropriété résultant, trop souvent, des travaux d’agrandissement » non déclarés » par les condominiums et pour lesquels il sera nécessaire de revoir les millièmes tableaux. Bref, le « papier chante » : face à l’augmentation de la superficie résultant de la nouvelle vision cadastrale, la copropriété ne pourra plus échapper au paiement de plus grandes dépenses de copropriété.

Nouvelles visures cadastrales et Tari

L’hypothèse de Tari est la possession ou la détention à quelque titre que ce soit de locaux ou de zones non couvertes, telles que des terrasses et des balcons, utilisés à tout usage, susceptibles de produire des déchets municipaux. Par conséquent, seules les zones non couvertes pertinentes ou accessoires aux locaux taxables et non opérationnels et aux zones de copropriété communes visées à l’article 1117 du Code civil sont exclues du TARI, qui ne sont ni occupés ni détenus exclusivement.

Essentiellement, la superficie des unités immobilières soumises à TARI consiste en celle qui peut être parcourue par les locaux et les zones et qui sont susceptibles de produire des déchets municipaux et d’être assimilés. Que se passe-t-il en cas d’incohérence entre le plan préservé dans les procédures du cadastre et la zone calculée ? Les citoyens peuvent utiliser le portail institutionnel pour soumettre une déclaration de mise à jour cadastrale si le bâtiment n’a même pas de plan de calcul de la surface.

Les nouvelles informations qui apparaîtront sur les visières cadastrales concerneront les unités d’habitation urbaines à usage ordinaire, accompagnées de plans d’étage, entrés dans les groupes :

  • A (maisons de tous types et bureaux)
  • B (bureaux publics, écoles, bibliothèques, laboratoires scientifiques, entrepôts souterrains, hôpitaux, etc.)
  • C (garage, magasins, magasins, ouvriers, usines, etc.).

Les informations seront donc beaucoup plus exactes que par le passé. Cela permettra non seulement de vérifier l’exactitude de l’application de taxes telles que TARI, mais aussi de comparer les bâtiments enregistrés dans le cadastre, permettant de faire ressortir des situations d’iniquité sur une surface égale.

En fait, il est possible qu’avec les nouvelles informations, nous puissions rencontrer des situations frappantes dans lesquelles l’unité immobilière, bien qu’elle ait une superficie supérieure aux limites fixées par le DM de 1969, soit classée cadastralement. Les et pourraient ensuite descendre sur le plan fiscal.

Lisez aussi -> Mètres carrés dans les visures cadastrales en ligne… sur Visure Italia !

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page