Microsoft ouvre le code source de 3D Movie Maker simplement parce que quelqu’un l’a demandé – Tecnoblog

En 1995, les ressources informatiques étaient rudimentaires, mais cela n’a pas empêché la classe de l’époque de jouer avec les animations sur PC. Un outil disponible pour cela était le Créateur de films 3D Microsoft. Près de 30 ans plus tard, quelqu’un a demandé à l’entreprise d’ouvrir le programme. Et n’est-ce pas que Microsoft s’est conformé à la demande ?

Créateur de films 3D (image : GitHub/Microsoft)

Cette histoire a commencé le 6 avril, lorsque le programmeur Téléphone Turing posté le message suivant sur Twitter :

Hé @Microsoft, donnez-moi le code source de 3D Movie Maker. Vous l’avez sorti en 1995 et je veux l’étendre et l’étendre. Mes DM [mensagens diretas] sont ouverts, je vais vous aider à ouvrir le code source pour cela.

Étonnamment, Microsoft n’a pas ignoré la demande. D’accord, il a fallu presque un mois à l’entreprise pour répondre, mais elle l’a fait. Mercredi dernier (4), Scott Hanselman, responsable de la communauté pour la division développeur de l’entreprise, a confirmé que le code 3D Movie Maker serait open source.

Et c’était. Le code source de 3D Movie Maker est disponible sur GitHub sous une licence MIT, qui permet la modification, la distribution et même l’utilisation commerciale.

Point pour Microsoft ! Mais voici la question : pourquoi l’entreprise a-t-elle décidé de se conformer à la demande de Turing ? Au Ars TechnicaHanselman a répondu, « parce qu’il n’y a jamais eu une application comme celle-ci. Même maintenant, 25 ans plus tard, il y a une communauté enthousiasmée par cet outil.

Quelle est la particularité de 3D Movie Maker ?

Aujourd’hui, le programme se résume en un seul mot : nostalgie. Développé par l’ancienne division Microsoft Kids en 1995, le programme était destiné aux enfants, mais de nombreux adultes l’ont apprécié.

L’outil permet la création d’animations avec des éléments tridimensionnels, des bandes sonores, des textes et même des effets spéciaux. Les fichiers résultants reçoivent l’extension .3mm.

Le détail le plus curieux est que, malgré le fait que 3D Movie Maker est assez ancien et a été développé à l’époque de Windows 95, le programme a encore des fans aujourd’hui. La vidéo ci-dessous, publiée sur YouTube en 2009, montre 3D Movie Maker en action :

3D Movie Maker et police Comic Sans

Détesté par les designers et adoré par ceux qui aiment taquiner les designers, Comic Sans fait toujours partie de l’écosystème Windows à ce jour. Ce que peu de gens savent, c’est que 3D Movie Maker a été le premier programme à utiliser cette police (voir les menus dans la vidéo ci-dessus).

À l’origine, Comic Sans a été développé pour intégrer Microsoft Bob, un logiciel conçu pour faciliter l’utilisation de Windows. Lorsque le projet a été finalisé, la police n’était pas encore prête. Cependant, les développeurs de 3D Movie Maker y ont eu accès et l’ont intégré à l’outil.

Dans le temps : Microsoft Bob a été un énorme échec, c’est pourquoi il est peu probable que vous ayez entendu parler de lui.

Quelque temps plus tard, Comic Sans a été intégré à Windows 95 via le package Microsoft Plus!. Comme vous le savez peut-être, la police est dans l’écosystème Windows à ce jour (qu’on le veuille ou non).

Voici une version « Plus »

L’intention de Foone Turing d’accéder au code source n’est pas d’éliminer Comic Sans de 3D Movie Maker, mais d’améliorer l’outil. Il est d’ailleurs dans ses plans de créer un « 3D Movie Maker Plus ». Cette version devrait supprimer la limite de 256 couleurs de l’outil d’origine et mettre à jour son moteur de rendu, par exemple.

Soit dit en passant, le moteur de rendu 3D natif n’est pas de Microsoft. Il s’agit du BRender d’Argonaut Software, qui a été utilisé dans plusieurs jeux des années 1990. Parmi eux se trouvent Carmageddon e Combattant FX.

Carmageddon (image : Twitter/Foone Turing)

Turing a contacté l’ancien PDG d’Argonaut, Jez San. Devinez ce qui s’est passé ? Eh bien, le code source de BRender a également été publié, toujours sous licence MIT.

Publier le code source d’anciens outils est le genre de décision que je souhaite que les éditeurs de logiciels prennent plus souvent. Ceci est utile non seulement pour créer des projets dérivés, mais aussi pour aider ceux qui apprennent la programmation.

Dans le cas de Microsoft, il l’a déjà fait. Voir l’exemple MS-DOS et Word 1.1a.

Olivier Quirion

Je m’intéresse particulièrement à l’interaction avec mes lecteurs. C’est pourquoi je suis ouverte à toutes les conversations faisant référence aux actualités mondiales. Vous pouvez retrouver une section interactive de groupe où il sera possible de nous joindre dans un débat dénoué de mauvaises critiques. Je fais en sorte que les internautes puissent lire mes articles de la manière la plus simple possible, tout en étant divertis. Je mise ainsi sur des articles peu encombrants et qui sont faciles à digérer. C’est d’ailleurs pourquoi je priorise une rédaction courte mais intéressante à lire.
Bouton retour en haut de la page