Nutriments importants pour la transition La transition

, un mot avec une connotation très négative pour la femme d’âge moyen. En fait, la transition est le début d’une période au cours de laquelle les hormones régulant la menstruation (œstrogène et progestérone) sont produites dans une moindre mesure. Le corps de la femme passe lentement de l’état fertile à l’état stérile. Ce processus peut être accompagné d’un certain nombre de phénomènes désagréables tels que : bouffées de chaleur, problèmes de sommeil, prise de poids, transpiration excessive et faible libido.

D’ autres formules contre les symptômes transitoires contiennent souvent seulement une ou au plus deux substances actives. La combinaison des substances actives : trèfle rouge, houblon et angélique sinensis en combinaison avec OPC, n’a jamais été unie auparavant dans un remède contre les symptômes de la ménopause, une véritable révolution !

Phytoestrogènes

Le mot phytoestrogènes vient du mot grec phyto (plante), et oestrogène, l’hormone qui assure la fertilité chez tous les mammifères femelles. Le corps humain n’est pas capable de produire des phytoestrogènes. Cette substance ne peut donc entrer dans notre constitution que par la consommation (17). Le soja est considéré comme la plante la plus riche en phytoestrogènes dans un régime typique occidental. Malgré cela, cette source la plus évidente de phytoestrogène ne s’avère pas toujours être le meilleur remède contre les symptômes transitoires. Le soja est une source d’acide phytique, un antinutriments qui se lie aux minéraux : fer, calcium, zinc et magnésium (7). Pour cette raison, ces minéraux sont moins bien absorbés par le corps. Dans le pire des cas, une consommation élevée d’acide phytique peut même conduire à une carence en minéraux (3, 13). Et comme si cela n’était pas assez mauvais, l’acide phytique conduit également à une détérioration de l’apport en vitamine B3 (7). C’est un anti-nutritif que nous devons éliminer de notre alimentation. Les substances actives importantes qui ne contiennent pas d’antinutriments sont : trèfle rouge, houblon et angélique sinensis.

Trèfle rouge

Lorsque les concentrations d’œstrogènes diminuent, par exemple pendant la ménopause, les phytoestrogènes peuvent avoir un effet positif sur la réduction des symptômes liés à la perte d’œstrogènes (10). Des exemples de ces symptômes sont : bouffées de chaleur, problèmes de sommeil, prise de poids, transpiration excessive et faible libido. Environ 70% des femmes en transition ou en phase post-transition souffrent des symptômes ci-dessus et ressentent peu de soulagement des méthodes traditionnelles de traitement (10). Cependant, de nombreuses études montrent que les femmes ont ressenti un soulagement des symptômes de transition quelques mois après l’utilisation du trèfle rouge, sans nombreux effets secondaires (10, 12, 19, 30).

Le symptôme le plus caractéristique de la transition est la bouffée de chaleur (28). Une sensation brillante sévère qui commence sur la poitrine et se propage à un rythme frénétique dans tout le corps. Aussi ce phénomène désagréable peut Lessont avec le trèfle rouge (30). Par exemple, Van de Weijer et Barentsen ont déjà montré en 2002 que le traitement à 80 mg de trèfle rouge par jour a entraîné une réduction de 44 % de la bouffée de chaleur en quelques mois. Avec une formule complète, nous recommandons un extrait de trèfle rouge de haute qualité qui est standardisé à 40%.

Houblon

Houblon, le plus souvent connu du profane en raison de son statut indispensable lors du brassage de la bière. Néanmoins, certains effets bénéfiques pour la santé peuvent également être attribués à cette plante de chanvre. Par exemple, l’humulus lupulus (houblon) est utilisé depuis des temps immémoriaux comme soulagement du stress et stimulateur de l’humeur (14). De plus, il a été découvert dans les années 1950 que le houblon contient des composants oestrogéniques. Des études plus récentes montrent même que l’activité œstrogène du houblon est plusieurs fois plus forte par rapport aux autres plantes phytoestrogènes (14). Dans d’autres plantes phytoestrogéniques telles que le soja, les légumineuses et les trèfles, l’activité oestrogéne est liée à des produits chimiques connus sous le nom d’isoflavones, en particulier la daidzéine et la génistéine. Les biologistes du Japon, de Belgique et de Grande-Bretagne ont constaté que le composant le plus oestrogéne dans le houblon 8 est la prénylnaringénine (8 PN). C’est le phytoestrogène avec le potentiel le plus élevé jamais trouvé dans les plantes ! Des études en laboratoire montrent que les actions oestrogéniques du 8-PN ont beaucoup plus de potentiel que la daidzéine et la génistéine (14, 16, 21).

En raison du caractère unique et efficace des phytoestrogènes qui ne se produisent que dans le houblon, ce relaxant naturel dans un bon remède contre les symptômes transitoires ne doit pas être manqué ! Une formule optimale contient un extrait de houblon de haute qualité (12½:1).

Biotope Propre

En plus du trèfle rouge et du houblon, le soja contient également de nombreux phytoestrogènes. Les femmes asiatiques utilisent cette légumineuse depuis des siècles comme remède aux plaintes transitoires. Cependant, la différence avec la femme européenne est que le soja oriental ménopausique est dans son alimentation depuis des siècles, parce que le soja pousse exclusivement en Extrême-Orient. En raison de cette différence biotopique, les phytoestrogènes du soja ont un meilleur effet sur la femme orientale. Le trèfle rouge est une herbe de la famille des papillons et peut être trouvé dans la nature dans toute l’Europe. L’humulus lupulus (houblon) a son origine encore plus proche de la maison. La plante pousse à l’état sauvage seulement aux Pays-Bas et en Belgique.

Angelica sinensis

L’ angelica sinensis (dong quai) est un phytoestrogène chinois contenant de l’herbe qui a été attribuée à des effets stimulant le bien-être depuis des milliers d’années (8). La partie de la plante dong quai utilisée est la racine séchée, qui contient plusieurs ingrédients actifs tels que : acide ferulaire, ligusticide, angélicide, brefeldine A, butylphthalde, acide nicotinique et acide succinique (4, 8).

La recherche montre qu’une préparation contenant angélique sinensis est efficace contre divers symptômes transitoires (18). C’est ainsi que les femmes ont vécu Les : moins de troubles du sommeil, plus d’énergie et diminution des bouffées de chaleur (18). En particulier, la chute des bouffées de chaleur parmi les sujets a été remarquable. Parmi les femmes ménopausées qui ont participé à cette étude, une diminution des bouffées de chaleur d’au moins 90% a été mesurée ( !) (18).

Équilibre des minéraux électrolytiques

sodium, potassium, magnésium et calcium

Un équilibre minéral équilibré est essentiel pour notre santé. Par exemple, le transport de l’eau et des nutriments à travers nos parois cellulaires dépend entièrement des minéraux. Les principaux minéraux électrolytiques dans ce processus sont : le calcium, le sodium, le potassium et le magnésium. Un équilibre minéral distuné à long terme a un effet nocif sur la biochimie du corps. Par exemple, un déséquilibre peut entraîner une altération de l’équilibre fluide, une augmentation de la pression artérielle et une diminution de la capacité cognitive (26). La L-taurine agit en équilibrant l’équilibre minéral comme une sorte de commutateur. La substance acide aminé régule la quantité : les ions sodium, magnésium, potassium et chlore doivent être présents dans une cellule pour un bon fonctionnement (26).

magnésium

En plus des symptômes physiques de la transition, nous ne devrions certainement pas sous-exposer les phénomènes mentaux. Par exemple, les femmes ménopausées souffrent souvent de : dépression, stress et sautes d’humeur (10). Dans le pire des cas, ces symptômes peuvent même se transformer en une dépression transitoire. Récemment, il a été démontré une fois de plus que le magnésium a la propriété de servir de soulagement du stress et d’exhausteur de l’humeur (23). En outre, le minéral a de nombreuses autres fonctions dans notre corps. Le magnésium régule les neurotransmetteurs, la contraction musculaire et la relaxation et affecte, entre autres choses, les fonctions mentales, la fonction musculaire (cœur), le contrôle neuromusculaire, le tonus musculaire et la pression artérielle (20, 27). Le magnésium se trouve principalement dans les os et joue un rôle dans l’absorption du calcium dans les os et les dents (31). Le magnésium peut donc être appelé en toute sécurité un mille-patte indispensable pour notre santé. Par conséquent, ce minéral ne devrait pas manquer d’un bon remède pour les phénomènes transitoires.

L-taurine

La L-taurine, ou acide 2-aminoéthanesulfonique, a été découverte pour la première fois chez un bœuf (taurus forestier), et par conséquent cette substance d’acides aminés non essentiels doit son nom. Bien que l’amine soit souvent placée dans la catégorie des acides aminés, ce n’est en fait pas un véritable acide aminé. La L-taurine contient au site du groupe carboxyle un groupe d’acide sulfonique qui l’empêche d’être incorporé dans les structures protéiques (6). Comme l’amine, la substance d’acides aminés joue un rôle essentiel dans divers processus métaboliques dans le corps, y compris la stabilisation tissus ktricalement actifs, tels que le cerveau et le cœur (15).

LaL-taurine est présente en concentrations élevées dans les tissus de tous les animaux, en particulier chez les animaux marins (6, 22). Des concentrations beaucoup plus faibles d’acide organique se trouvent dans : les plantes, les champignons et les bactéries. Les cellules animales se distinguent des cellules végétales par l’absence de paroi cellulaire renforcée (6). Par conséquent, la régulation de la pression osmotique et du volume cellulaire est essentielle à l’existence de cellules chez les mammifères. Grâce à l’échange d’ions sodium, magnésium, potassium et chlore, la cellule peut contrôler la pression osmotique et donc le volume cellulaire (24). La L-taurine joue un rôle fondamental dans cet échange, à savoir qu’il s’agit d’un osmylyte qui maintient l’équilibre osmotique dans la cellule (24). En outre, la substance acide aminé régule la concentration de calcium intra- et extracellulaire et protège les cellules (par exemple dans le cœur et le cerveau) contre une concentration excessive de calcium (24).

CPVP

OPC (pro cyanidine oligomère) est un antioxydant qui absorbe l’intestin grêle puis distribué dans tout le corps (1, 25, 26). La recherche montre que l’OPC est actif dans toute notre constitution : cerveau, cœur, peau, rate, reins, poumons, foie et tractus gastro-intestinal. Cependant, la fonction principale effectue OPC dans les navires (1, 25). Les cyanidines ont des propriétés vasodilatatrices, influent sur l’agrégation plaquettaire et ont un effet sur la perméabilité et la vulnérabilité capillaires (9). Par conséquent, l’OPC est souvent utilisé comme supplément séparé pour les vaisseaux souples.

Cependant, la principale raison pour laquelle OPC est inclus dans ce produit est sa capacité à améliorer la performance d’autres substances actives (11, 29). Une sorte d’effet turbo pour les autres nutriments de cette formule.

Vous avez besoin de conseils ?

Avez-vous des questions sur les nutriments que vous pouvez utiliser le mieux dans le traitement d’une maladie ou d’une plainte physique ? N’hésitez pas à nous appeler via : 0252 517 643 ou demandez conseil à nos thérapeutes orthomoléculaires via le bouton ci-dessous.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page