Pension de réversibilité : la forclusion est-elle possible ?

La pension de la famille survivante appartient à la famille survivante si certaines conditions sont remplies. Si ces derniers contractent des dettes qui, malgré les rappels des créanciers, ne sont pas remplies, la pension de survivant peut-elle être saisie ? Voyons ce que la loi énonce.

Qu’est-ce que la pension de survivant

Les parents survivants d’un assuré ou d’un retraité inscrit dans l’une des directions de l’INPS, au décès de ce dernier, ont droit à une pension si certaines conditions sont remplies :

  • la cause Dante était détenteur de pension directe ou, en ayant le droit, il a la liquidation en cours. Dans ce contexte, les membres de la famille survivants auront droit à la pension de survie
  •  ;

  • le travailleur décédé a gagné 15 ans d’assurance et de cotisation (ou 780 cotisations) par semaine) ou cinq ans d’assurance et de cotisation (ou 260 cotisations hebdomadaires), dont au moins trois ans ( ou 156 cotisations hebdomadaires) au cours des cinq années précédant la date du décès. Les membres de la famille survivants deviendront les propriétaires de la pension indirecte (art. 13 du RGPR 636/39).

Qui a droit à la pension de réversibilité

Les survivants qui ont droit à la pension de survivant sont :

  • le conjoint, qu’il soit légalement séparé ou divorcé, titulaire du contrôle périodique du divorce. Le conjoint qui contracte un nouveau mariage n’a plus droit à la pension de survivant, mais il n’a droit qu’une seule fois à un chèque égal à deux ans (art. 3 du décret législatif no 39/ 1945) de la taxe de pension, y compris le treizième mois, dans la mesure due à la date du nouveau mariage. Si le retraité décédé a contracté un nouveau mariage après le divorce, les honoraires à attribuer au conjoint survivant et au conjoint divorcé sont fixés par le Tribunal de première instance.
  • la composante survivante de l’union civile (loi 76/2016, plus précisément à partir du 5 juin 2016).
  • enfants et personnes assimilées qui n’ont pas plus de 18 ans à la date du décès du pensionné ou, quel que soit leur âge, ont été reconnus comme incapacité de travail et aux dépens du parent au moment du décès de ce dernier. En outre, pour les enfants et les étudiants égaux qui ne sont pas payés et payés au parent décédé au moment du décès, la limite d’âge est portée à 21 ans en cas de fréquentation scolaire ou professionnelle et à 26 ans en cas de fréquentation universitaire.
  • les parents du retraité qui, au moment du décès de ce dernier, ont eu 65 ans, ne sont pas des détenteurs de pension et relèvent de la responsabilité du retraité décédé. Ce droit existe en l’absence du conjoint, des enfants et des personnes assimilées ou s’ils existent, même s’ils existent, surstiteurs.
  • les

  • célibataires et les sœurs célibataires du retraité qui, au moment du décès du retraité, sont incapables de travailler, ne sont pas titulaires de pension et ne sont pas responsables du travailleur décédé. Même dans ce cas, le droit à cette forme de traitement de pension est reconnu en l’absence du conjoint, des enfants ou des parents ou si, même s’ils existent, ils n’ont pas droit à cette pension.

La pension de survivant commence le premier jour du mois suivant celui du décès du retraité. Le montant correspond à un pourcentage de la pension déjà dédouanée. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le site Web de l’INPS.

Lorsque vous pouvez forcluer votre pension

Avant d’intenter une action en justice Il est important d’évaluer la solvabilité du débiteur. Le créancier qui décide, par exemple, de forclusion de la pension de son débiteur doit donc s’assurer que la même chose est réellement le détenteur d’une pension.

Vous aurez besoin de

 

:

  • Le suivi des pensions de l’INPS est un excellent outil pour vérifier précisément la position de retraite d’une personne auprès d’un établissement de retraite.

    Le législateur, avec le décret législatif 83/2015, a révisé la législation sur la saisie entre tiers, y compris la saisie de la pension. En particulier, l’article 545 du Code civil francen a été modifié, établissant que les montants dus en tant que pension ne peuvent pas être saisies pour un montant correspondant à la mesure mensuelle maximale du chèque social, augmenté de moitié.

    La partie dépassant ce montant est exclue à l’INPS pour les demandes de pension alimentaire dans la mesure autorisée par le président du tribunal ou par un juge délégué par lui ou, si la pension n’est pas encore versée sur le compte courant, dans la mesure d’un cinquième pour les impôts dus à l’État, aux provinces et les municipalités, et également pour tout autre crédit.

    Lire aussi>> Limite de saisie des pensions 2020 : comment cela fonctionne-t-il ?

    La saisie d’une pension déjà créditée sur un compte bancaire ou postal au nom du débiteur peut avoir lieu, en revanche, selon les limites suivantes :

    • si le crédit a été fait à une date antérieure à la saisie, les sommes saisissables sont celles qui dépassent le triple du chèque social ;
    • lorsque, d’autre part, le crédit a été effectué à la date de les sommes sont saisissables dans les limites prévues par les troisième, quatrième, cinquième et septième alinéas de l’article 545 du Code civil francen, ainsi que par les dispositions spéciales de la loi.

    La saisie de la pension de survivant est possible.

    La pension de survivant est également saisissible. L’article 545 du Code civil francen établit également les crédits non saisisables et, parmi eux, la pension de survivant n’est pas mentionnée.

    L’interdiction est placée uniquement pour :

    les

    • demandes de pension alimentaire, à l’exception de la pension alimentaire, et toujours avec l’autorisation du président du tribunal ou d’un juge délégué par lui et pour la partie déterminée par décret.
    • ou des réclamations liées à des subventions de grâce ou de moyens de subsistance aux personnes figurant sur la liste des pauvres, ou des subventions dues pour maternité, maladie ou funérailles provenant de fonds d’assurance, d’institutions d’assistance ou d’organismes de bienfaisance.

    La pension de survivant peut donc être saisie de la même manière que pour la pension directe, comme nous l’avons analysé ci-dessus.

    Quand la pension de survivant devient-elle incontournable ?

    Supposons que Dude reçoit une pension et que, conformément aux limites fixées par la loi, soit saisie par son créancier.

    Mec est porté disparu et sa femme, en tant que famille survivante, devient détentrice de la pension de survivant de son mari. Ce dernier est reconnu la possibilité de renoncer à son héritage (art. 519 du Code civil francen), de sorte qu’il ne soit pas saisie de la pension de survivant par les créanciers de son mari décédé.

    De cette façon, il sera toujours en mesure de recevoir cette pension, mais éliminera, à la suite de la renonciation, les dettes du défunt. La pension de survivant n’est pas héritée et est donc due également en cas de renonciation à l’héritage (Cour constitutionnelle, arrêt n° 286/1987).

    Gaston Alexandre

    En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
    Bouton retour en haut de la page