Perdre leur maison pour 18 versements hypothécaires impayés

Un nombre croissant d’Italiens doivent demander un prêt hypothécaire pour pouvoir acheter une maison, mais il arrive parfois qu’il arrive de la payer tard ou de ne pas être en mesure de payer la dette du tout. En avril 2016, une nouvelle loi à cet égard lancée par le gouvernement qui, en plus d’illustrer en détail les conséquences, présente également la formule de calcul des intérêts de retard.

Perte domiciliée pour 18 versements hypothécaires impayés

Nouvelle loi sur les prêts hypothécaires : qu’est-ce qu’elle prévoit ?

Avec le nouveau décret du ministre Padoan sur les prêts hypothécaires impayés, l’expropriation de la maison devient très difficile. Pour quelle raison ? D’autant plus que la banque avant d’entrer automatiquement en possession de la propriété et de le mettre en vente – à condition que cette possibilité soit explicitement prévue dans le contrat hypothécaire – devra attendre 18 versements impayés, pas plus de 7 comme cela a été établi précédemment. Mais d’après le rapport du Conseil national du notariat (via une note datée du 24 juin 2016), la nouvelle mesure, qui a été largement discutée et largement modifiée par rapport à la version originale, ne semble pas applicable avant mars 2017.

Indépendamment de l’entrée en vigueur prolongée, on apprend que, selon ce qui est établi, la vente possible sans passer par l’enchère judiciaire est uniquement à condition que l’acheteur, soutenu gratuitement par un consultant de confiance, ait signé librement la clause par défaut, une procédure entièrement supervisée par la Banque d’Italie. Cela signifie qu’en cas de défaut après 18 versements consécutifs non payés, la maison (évaluée par un professionnel indépendant choisi par les parties ou, en l’absence d’accord, nommé par le Président du Tribunal) ne peut être proposée à la vente qu’avec un acte spécifique de disposition du bien par le consommateur.

La nouvelle législation par défaut n’est pas rétroactive : vous ne pouvez pas insérer la clause dans un contrat hypothécaire déjà en place, déjà conclu ou pour substitution, mais uniquement dans un nouveau contrat.

Quels sont les avantages pour le citoyen ?

La vente de la propriété obligera la banque à rembourser l’hypothèque même si la valeur de l’actif est inférieure à celle de la dette résiduelle non payée par le propriétaire. En d’autres termes, tous les risques résultant de la perte de valeur du bien ne relèvent pas de l’acheteur moral, mais de l’entité financière (précisément la banque). Deuxièmement, toujours en vertu de la loi, l’objectif est également de réglementer le « pacte de marche », mécanisme selon lequel l’institution bancaire peut toujours due et est obligé de rendre au consommateur tout excédent. Il semblerait donc que cette nouvelle loi offre de plus grands avantages pour le citoyen au moment de la stipulation, augmentant ses protections et forçant la banque à une plus grande transparence.

Il

convient de garder à l’esprit qu’en cas de difficultés avec le paiement de l’hypothèque, une fois que la nature du problème a été établie, il existe encore des procédures possibles qui pourraient vous permettre d’endiguer les dommages plus ou moins graves en fonction de chaque cas individuel.

Quand êtes-vous considéré comme un enfant ?

Synthétiquement, il était considéré comme moreux si l’on tombe dans l’un des trois cas suivants :

  1. le non-paiement d’un ou de plusieurs versements hypothécaires ;
  2. retard de paiement supérieur à 180 jours à compter de l’échéance initiale de la tranche ;
  3. retard de paiement d’au moins 7 versements entre le 30e et le 180e jour.

Par conséquent, la banque peut alors procéder à la résiliation du contrat en saisissant le bien, le cas échéant, obtenu du prêt, ou en excussion de toute caution éventuelle placée par le sujet qui a été le garant. Dans tous les cas, si l’une de ces procédures est engagée, le client a le droit d’être averti.

Hypothèque en retard

Il existe de nombreuses raisons qui expliquent le retard dans le paiement de l’acompte hypothécaire, à savoir :

  • Raisons économiques : dans ce cas, si, à la date d’expiration du versement, vous ne disposez pas d’une couverture suffisante sur le compte pour traiter le paiement du prêt hypothécaire, nous vous recommandons d’avertir la banque le plus tôt possible, en essayant peut-être de demander une prolongation de l’acompte. . Si le prêt avait été accordé par une institution en ligne, il serait bon de se présenter directement au comptoir, plutôt que de contacter le service client. En outre, si les difficultés économiques étaient dues à une perte de travail ou même à une autre cause, il est possible de demander la suspension de l’hypothèque ou d’une mère porteuse. Il semblerait, en fait, que la Banque d’Italie porte une attention particulière, en essayant de se rencontrer, à ceux qui ont de graves difficultés à payer ces versements.
  • Raisons techniques : dans ce cas, ce n’est pas la responsabilité de la banque, mais de l’emprunteur ; il appartient à ce dernier de vérifier mensuellement le paiement réussi du versement et de signaler tout problème technique à l’établissement.

Hypothèque impayée : que se passe-t-il ?

Au lieu de cela, le non-paiement de l’acompte hypothécaire implique de devoir payer des intérêts en retard de paiement. Comment puis-je les calculer ? Voici la formule standard :

<p style=”text-align : = jours de retard x acompte provisionnel x taux de défaillance /36500

Le taux d’intérêt 2016 sur les versements hypothécaires expirés est d’environ 8 %. Nous vous rappelons que nous devons également ajouter à cela les dépenses de la mise en demeure de l’emprunteur, à savoir les frais insolus, la lettre de rappel (5 euros) et les dépenses de recouvrement de créances.

3 conséquences probables si vous ne payez pas l’hypothèque

Les trois possibilités configurées en cas d’hypothèque impayée sont les suivantes :

  • Procédure de retour : La propriété est restituée à la banque ; cette hypothèse fait référence aux cas où la maison est déjà détenue par la banque.
  • Procédure de vente : la propriété du bien est transférée à la banque ; dans ce cas, l’établissement de crédit peut ultérieurement le vendre comme le sien.
  • Propriété : La propriété est provisoirement détenue par le citoyen défaillant, mais la banque peut le vendre à des tiers.

Dans les deux premiers cas, le consommateur n’est pas endetté lorsque la banque déclare vouloir exercer la clause, tandis que dans le troisième cas, le règlement de la dette commence lorsque la banque procède à la vente de la propriété.

© Reproduction réservée

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page