Quelle est la différence entre héritier et légataire ?

Notre système permet deux types de successeurs, héritiers et légataires, qui se distinguent par des caractéristiques différentes. Lisez notre article pour en savoir plus sur la différence entre héritier et légataire.

INDEX :

Quand devez-vous héritier ?

La première étape pour être héritier est d’accepter l’héritage. Lorsqu’il manque une personne avec laquelle nous avons un lien qui nous qualifie comme successeurs éventuels, nous ne devenons pas immédiatement héritiers, mais appelés à l’héritage.

Ceux qui sont appelés à l’héritage sont également parmi les héritiers selon les normes de droit (succession légitime) ou sont établis comme héritiers du testament (testament de succession).

Une succession légitime

Lorsqu’il n’y a pas de testament, la loi stipule que l’héritage est donné aux proches du défunt, du plus proche de ceux de la sixième année.

Nous procédons avec une succession légitime même lorsque le testament est nul, a été annulé ou s’il ne s’oppose pas à l’ensemble des actifs du défunt, mais uniquement à des actifs spécifiques individuels. Dans ce cas, la succession est limitée à la partie des actifs non attribués par testament.

En l’absence d’héritiers subséquents, l’héritage est consacré à l’État, héritier nécessaire, auquel l’acceptation n’est pas requise, et il ne peut pas non plus renoncer.

Le testament de succession

Comme on peut le deviner à partir du nom, la succession testamentaire est basée sur le testament, c’est-à-dire l’acte par lequel un sujet a ses effets personnels lorsqu’il n’est plus en vie.

Même si le testament contient généralement des dispositions en capital (sort, destination de ses biens meubles et immeubles), il peut arriver qu’il comprenne des dispositions morales (par exemple, la reconnaissance d’un enfant naturel).

Voyons quelques caractéristiques du testament :

— une personne peut le révoquer ou le modifier jusqu’au moment du décès ;

— c’est un acte personnel, car seul le testateur peut exprimer sa volonté par un testament ;

— se caractérise par son unilatéralité, car cet acte est indépendamment de la volonté des autres ;

— est le seul acte prévu par la loi sur les successions par lequel le testateur établit le transfert de ses avoirs pour la période qui suit son décès ;

— ses effets sont produits pour la simple manifestation de la volonté.

Comment retracer les héritiers du défunt ?

Si vous ne connaissez pas l’identité des héritiers ou si vous ne savez pas comment les localiser, vous pouvez utiliser le service de suivi des héritiers a) La recherche des héritiers d’une personne décédée est d’une importance fondamentale dans le cas de l’activité de notification d’actes ou de présentation des déclarations de succession.

Vous aurez besoin

de

 :

  • Nom
  • Nom
  • État de naissance
  • Municipalité de décès
  • Date de décès Demande

    Ce service vous permet de trouver les noms des descendants jusqu’à la première année du défunt. Vous pouvez également trouver les données personnelles présentes dans l’état familial historique de la municipalité de résidence au moment du décès.

    La différence entre héritier et légataire

    Voyons maintenant quelle est la différence substantielle entre héritier et légataire. Selon l’article 588 du Code civil, le testament peut être organisé comme une « licence universelle » ou « pour une licence particulière ».

    Celui qui prend en charge la propriété de l’ensemble de l’héritage ou d’une part de celui-ci est défini comme un successeur universel.

    Le légataire, en revanche, est le successeur à titre particulier qui prend en charge une ou plusieurs relations juridiques actives. Cela signifie que, par le testament (également connu sous le nom d’associé), le testateur attribue un actif ou un droit au légataire. Par exemple, il arrive souvent que le testateur nomme un sujet comme héritier universel, mais qu’il organise également un légataire (un bijou) en faveur d’un autre.

    Que se passe-t-il si l’héritier et le légataire sont la même personne ?

    Vous pouvez également être héritier et légataire en même temps si le sujet auquel un légataire testamentaire est attribué est l’un des héritiers.

    Quelles sont les dettes de succession ?

    Une autre différence entre l’héritier et le légataire est que le premier prend en charge les relations actives et passives, et répond donc aux dettes de succession.

    Mais que sont-ils ? Ce sont les liens laissés par le défunt au moment de sa mort. Parmi les dettes de succession, par exemple, figurent celles qui ont surgi dans la vie du défunt, telles que les frais de copropriété, les factures impayées et l’hypothèque contractée dans la vie.

    En plus de ceux-ci, il y a les pondérations héréditaires, c’est-à-dire les obligations financières qui ont surgi après l’heure d’ouverture de la succession. Cette catégorie comprend les frais funéraires, ceux nécessaires à la préparation éventuelle de l’inventaire et les coûts d’administration de l’héritage ou de la division de celui-ci.

    Comment ne pas payer les dettes de succession ?

    L’article 480 de la l’appel à l’héritage ne veut pas prendre en charge les dettes du défunt, peut renoncer à l’héritage dans les dix ans suivant l’ouverture de la succession.

    Si l’héritier est également en possession de l’un des biens du défunt, il doit effectuer l’inventaire dans les trois mois suivant l’ouverture de la succession et, dans les 40 jours suivants, choisir d’accepter ou non l’héritage.

    Si ces conditions ne sont pas respectées, l’acceptation de l’héritage et des dettes du défunt s’appliquera.

    En outre, l’héritier a la possibilité d’opter pour l’acceptation au bénéfice de l’inventaire, surtout lorsque l’image des dettes et des avoirs du défunt n’est pas claire.

    L’acceptation au bénéfice de l’inventaire signifie que les créanciers ne pourront pas forcluer les biens personnels de l’héritier, mais uniquement les actifs obtenus par l’héritage. L’héritier ne répond donc aux dettes de succession que dans les limites des actifs de succession et avec les actifs de succession uniquement. Cela signifie que si les actifs de succession ne sont pas suffisants pour payer les créanciers du défunt, ces derniers resteront insatisfaits car ils ne pourront pas attaquer les actifs personnels de l’héritier, précisément en raison de l’avantage d’inventaire. L’héritier répondra plutôt avec ses propres biens en cas d’acceptation simple de l’héritage.

    Gaston Alexandre

    En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
    Bouton retour en haut de la page