Réaménagement énergétique 2018 – SmartFocus

L’Enea dans son vademecum 2018, mis à jour jusqu’au 10 septembre, sur le thème de la modernisation de l’énergie en copropriété, rappelle les exigences techniciens qui doivent intervenir sur les parties communes des bâtiments. Cela vous permet d’obtenir des déductions fiscales allant de 70 % à 85 %, voyons ce que rapportent les lignes directrices.

Le réaménagement énergétique des condominiums 2018

Il est possible de profiter de l’écobonus non seulement pour des interventions sur des unités immobilières individuelles, mais également sur les parties communes des bâtiments. Ce dernier doit être « existant » à la date de la demande de bonus, c’est-à-dire empilé ou avec la demande d’empilement en cours, conformément au paiement des taxes et équipé d’un système thermique.

Le

Vademecum énumère les exigences et les conditions qui permettent d’accéder aux déductions, allant de 70 à 85 %, ainsi que celles qui peuvent les utiliser.

Qui peut dépasser l’écobonus pour le réaménagement énergétique de la copropriété ?

Tous les contribuables peuvent accéder aux condominiums écobonus qui :

  • soutenir les coûts de mise à niveau énergétique ;
  • ont un droit réel aux unités immobilières qui constituent le bâtiment.

Le Vademecum Enea ajoute également qu’il est possible pour tous les contribuables plutôt que des déductions d’opter pour le transfert de crédit.

La facilitation peut être nécessaire, comme prévu, pour les bâtiments qui, à la date de la demande de déduction, sont « existants », c’est-à-dire empilés ou avec la demande d’empilement en cours et pour le paiement de toutes taxes et qu’ils sont équipés d’un système thermique.

Le pourcentage de déduction varie de 70 % à 85 % pour les dépenses engagées entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2021.

Ecobonus 2018 : les exigences pour le réaménagement énergétique de la copropriété

Le réaménagement énergétique de la copropriété, ou des parties communes des immeubles en copropriété, concerne :

  1. interventions impliquant l’enveloppe du bâtiment avec une incidence de plus de 25 % de la surface brute de dispersion du bâtiment lui-même. Dans ce cas, la déduction fiscale prévue représente 70 % du total des dépenses engagées entre le 1er janvier 2017 et le 31/12/2021 ;
  2. interventions du point précédent visant à améliorer la performance énergétique hivernale et estivale et à atteindre au moins la « qualité moyenne » figurant dans les tableaux 3 et 4 de l’annexe 1 du décret ministériel 26/06/2015 (lignes directrices du décret). La déduction fiscale est toujours de 75 % pour le total des dépenses encourues entre le 1/1/2017 et le 31/12/2021 ;
  3. les mêmes interventions que les points 1) et 2) et les interventions contextuelles qui entraînent une réduction de 1 ou 2 classes de risque sismique inférieur. Dans ces circonstances, la déduction peut atteindre 80 % et 85 % respectivement pour le total des dépenses encourues admissible est de :
    • 40 000 euros multipliés par le nombre d’unités immobilières qui composent le bâtiment pour des interventions de type 1) et 2) ;
    • 136 000€ multipliés par le nombre d’unités immobilières qui composent les interventions de construction de type 3).

    Le

    document présente également les exigences techniques spécifiques des interventions, ainsi que d’autres travaux facilités. Les interventions doivent être configurées, par exemple, comme un remplacement ou une modification d’éléments déjà existants (et non comme une nouvelle construction en expansion) et concerner les parties communes des immeubles en copropriété délimitant le volume chauffé vers l’extérieur et/ou les compartiments non chauffés et/ou le sol ; affectent plus de 25 % de la surface de dispersion.

    La documentation nécessaire

    Pour accéder à l’écobonus, il est nécessaire de transmettre à Enea la « Carte descriptive de l’intervention », dans les 90 jours suivant la fin des travaux, conformément aux tests des travaux, exclusivement via le site Web approprié correspondant à l’année au cours de laquelle ils ont pris fin. La fiche descriptive doit être établie et signée par un technicien qualifié (ingénieur, architecte,
    arpenteur ou expert inscrit dans son registre professionnel).

    Le client est tenu de conserver une série de documents techniques et administratifs. Parmi les premiers, il y a, par exemple, l’assévération préparée par un technicien qualifié. Il doit contenir une série d’informations, y compris la déclaration selon laquelle l’intervention concerne des parties communes du bâtiment et qu’elle a une incidence de plus de 25 % de la surface de dispersion du bâtiment vers les compartiments extérieurs et/ou non chauffés et/ou le sol, les valeurs de la température transmissions de l’ancien et des nouveaux éléments structurels, etc…

    Il convient de noter que l’assévération peut être remplacée par une déclaration faite par le directeur des travaux sur la conformité au projet des travaux réalisés, à condition que les déclarations pertinentes soient communiquées et que les conditions indiquées intégralement dans le vademecum. En outre, la déclaration est nécessaire que toutes les interventions effectuées soient conformes aux lois et réglementations nationales et locales relatives à la sécurité et à l’efficacité énergétique et à l’EPA.

    Parmi les documents administratifs figurent, par exemple, les factures liées aux dépenses engagées, la résolution de la réunion pour approuver l’exécution des travaux et le millième tableau de la répartition des dépenses, etc…

    Ce qui a été signalé sont quelques-uns des aspects les plus importants de l’ENEA Vademecum sur le réaménagement énergétique des copropriétés 2018. Nous vous recommandons également de lire le document complet que vous pouvez consulter en cliquant ici.

    Source : ENEA

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page