Suppression des données du casier judiciaire

Est-il possible de nettoyer le casier judiciaire ? Le Code civil prévoit l’établissement de réadaptation (art. 179), mais uniquement sous certaines conditions et avec certaines exclusions. Examinons les exigences relatives à la suppression de données dans le casier judiciaire.

Annulation des infractions pénales du casier judiciaire

Le certificat criminel peut être extrait du dossier judiciaire ou des archives détenues par le ministère de la Justice. Il contient des données relatives aux mesures judiciaires et administratives concernant un sujet donné. Est-il possible d’effacer le casier judiciaire puis de supprimer les infractions pénales du casier judiciaire ? Voyons ça ensemble.

Que sont les certificats du rapport sur les dossiers judiciaires ?

Les certificats du casier judiciaire font état des condamnations pénales finales et de certaines mesures en matière civile et administrative prises en charge par un sujet. D’autre part, lorsque le processus est toujours en attente, c’est-à-dire que vous êtes toujours en phase d’investigation ou en phase de processus, le certificat à demander est celui des charges en attente. En fait, cette liste répertorie les procédures en cours et non encore irrévocables.

Les certificats délivrés par les dossiers judiciaires se distinguent par :

  • général, qui comprend les registres criminels et civils ou les décrets pénaux devenus irrévocables émis par le juge contre une personne ;
  • Civil, concernant les mesures liées à la capacité de la personne (p. ex. interdiction judiciaire, incapacité, interdiction légale, etc.)
  • ;

  • Pénal, contenant les mesures pénales irrévocables contre les personnes âgées de plus de 14 ans.

Dans ce dernier cas, en particulier, sont signalées, conformément à l’article 3 du décret-loi no 313/2002, les mesures judiciaires pénales de condamnation définitive, sous réserve d’un jugement rendu devant le tribunal ou, en tout état de cause, ne peuvent plus faire l’objet d’un recours avec des instruments autres que la révocation.

Supprimer des données des dossiers judiciaires

Un casier judiciaire peut-il revenir aussi immaculé que celui d’une personne incensurée ? Un recours consiste à recourir à l’établissement de réadaptation, prévu par l’article 179 du Code pénal. La réhabilitation n’est accordée qu’en cas de conditions précises et est notée en marge de la condamnation conformément à l’article 193 de la loi du Code civil francen.

Les conditions de la réadaptation

La réadaptation est autorisée au moins trois ans après le jour où la peine principale a été exécutée ou terminée, et le condamné a fourni des preuves efficaces et constantes de bonne conduite. Ce terme est passé à huit ans en cas de récidive et à dix ans s’il s’agit de criminels habituels, professionnels ou de tendances.

L’article 179 du Code civil francen stipule également que : la suspension conditionnelle de la peine conformément à l’art. 163, premier, deuxième et troisième alinéas, le terme visé au premier alinéa commence à partir du même moment à partir du terme qui est le terme de suspension de la peine. Si la suspension avec sursis de la peine a été accordée conformément à l’article 163, quatrième alinéa, la réadaptation est accordée à la fin de la période d’un an visée au même quatrième alinéa, à condition que les autres conditions prévues par le présent article soient remplies. »

Cas d’exclusion

Poursuivant la lecture du même article, la réadaptation ne peut être accordée lorsque le condamné :

  1. a fait l’objet d’une mesure de sécurité, sauf qu’il s’agit de l’expulsion de l’étranger de l’État ou de la confiscation, et que la mesure n’a pas été révoquée ;
  2. n’a pas rempli les obligations civiles découlant du crime, à moins qu’il ne prouve qu’il est impossible de les remplir.

La procédure de suppression des données dans les dossiers judiciaires

La demande de réadaptation peut également être soumise personnellement par la partie intéressée à la Cour de surveillance (art. 683 Cp.p.). Le juge, après avoir mené une enquête préliminaire, peut prendre des dispositions pour rendre une ordonnance résultant d’une évaluation discrétionnaire. Après avoir examiné les conditions et les exigences relatives à l’octroi de la réhabilitation, le juge ordonne la suppression de données dans les dossiers judiciaires. Le même bureau fournit une notification directe à la personne concernée.

En cas de rejet, il est possible de promouvoir une opposition conformément à l’art. 667.4 c.p.p. dans les quinze jours suivant la réception de l’acte.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page