Une nouvelle règle met le fonds d’actifs en danger

. Une règle surprise, contenue dans le décret-loi n° 83/15, s’attaque au fonds de capital permettant au créancier qui estime être touché par un don, un fonds d’actif, une fiducie ou une contrainte, de commencer une exécution forcée sans l’autorisation du juge.

Plus précisément, après l’article n° 2929, il est possible d’en savoir plus avec la section i-bis suivante, « Expropriation de marchandises soumises à des contraintes d’indisponibilité ou à des aliénations gratuites », dans laquelle il est indiqué que « la créancier touché par un acte de débiteur, d’établir une obligation de non-disponibilité ou d’aliénation, dont l’objet est enregistré des actifs immobiliers ou mobiles dans les registres publics, mis gratuitement à la suite de la hausse du crédit, peut procéder, avec un titre exécutif, à une exécution forcée, même si elle n’a pas obtenu à l’avance un jugement déclaratif d’inefficacité, s’il transcrit la la saisie dans un délai d’un an à compter de la date à laquelle l’acte a été transcrit. »

La norme et le fonds d’actifs

La disposition prescrite par la norme, précise-t-on, s’applique également au créancier précédent qui, dans l’année suivant la transcription de l’acte préjudiciable, intervient dans l’exécution par d’autres personnes promues. Dans les cas où le préjudice découle d’un acte d’aliénation, le créancier promeut une action exécutoire sous forme d’expropriation contre le tiers propriétaire.

En ce qui concerne le débiteur, le tiers faisant l’objet d’une expropriation et toute autre personne intéressée par la préservation du cautionnement, ils « peuvent proposer des oppositions à l’exécution en vertu du titre V du livre III du Code de procédure civile lorsqu’ils contestent l’existence des conditions visées dans le premier , ainsi que la connaissance du débiteur du préjudice causé par l’acte aux raisons du créancier. »

Conséquences de la norme de loi 83/15

Il s’ensuit que le créancier, quel que soit le jugement déclaratif d’inefficacité, peut procéder à l’exécution forcée sans l’autorisation du juge. Le résultat ? Le juge, pour sa part, risque de prononcer une peine de rejet des motifs du créancier lorsque la maison du débiteur est déjà vendue aux enchères.

Lisez aussi -> Nouvelles des ventes aux enchères immobilières avec la réforme de la justice

En

fait, une présomption est introduite selon laquelle les actes sont conclus en fraude envers le créancier, avec des conséquences très graves tant sur le droit de défense du débiteur que sur celui du tiers qui a acheté les actifs. avec les garanties juridiques qui en découlent

.
ne

  • sont admises qu’à l’opposition à l’application de la loi, processus rapide avec renversement de la charge de la preuve.
  • En outre, la règle limite les motifs de l’opposition qui peuvent consister uniquement dans le litige des motifs du paragraphe 1, à savoir l’existence d’un préjudice, et la connaissance du débiteur du préjudice lui-même.

    D’autres conséquences très graves ? La perte d’efficacité des actes d’établissement du fonds d’actifs, des dons, des fiducies et des contraintes en général qui doivent donc être considérées comme suspendues jusqu’à la fin de l’année de leur transcription.

    Lisez aussi -> Forclusion de tiers : l’actualité

    Surveiller les hypothèques de vingt ans

    En ce qui concerne les changements de propriété d’un immeuble, Visure Italia a élaboré son régime de relation hypothécaire de vingt ans avec le tableau synoptique et la preuve de tous les transferts de biens connexes à la propriété visée par un intérêt au cours des vingt ou trente dernières années, avec des preuves de charges, de servitude ou les contraintes ainsi que les transcriptions ou inscriptions préjudiciables.

    Comment l’obtenir ? Il suffit de demander un prêt hypothécaire de 20 ans en ligne. Le document obtenu consiste en une enquête sur l’historique du bien au cours des vingt ans précédant la date de la demande de la mesure elle-même, avec vérification de la continuité des relevés de notes. Cette recherche porte sur les changements de propriété et les charges qui ont affecté le bien au cours des vingt ans. L’application typique de la mesure hypothécaire de vingt ans est, pour l’étude notariale, la base fondamentale du rapport notarié essentiel pour un acte d’achat et de vente ou pour l’enregistrement d’un prêt hypothécaire.

    Lisez aussi -> Forclusion de biens mobiliers : non exécutable si la maison est la propriété de tiers

    Gaston Alexandre

    En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
    Bouton retour en haut de la page