Volkswagen a enquêté sur la torture et le travail des esclaves pendant la dictature

Une enquête du ministère public du Travail (MPT) a révélé des allégations de graves violations des droits humains commises par Volkswagen dans une ferme du sud du Pará pendant la dictature militaire et le début de la période démocratique. Le constructeur automobile a été convoqué à une audience le 14, à Brasília (DF), pour traiter des accusations de crimes commis entre 1974 et 1986.

Les procureurs du MPT ont recueilli des témoignages de victimes qui travaillaient à Fazenda Vale do Rio Cristalino, également connue sous le nom de Fazenda Volkswagen, à Santana do Araguaia. Les survivants affirment avoir été soumis à des conditions dégradantes sur place et à une violence extrême, notamment des menaces de mort, des tortures et des passages à tabac mortels. La ferme elle-même – avec près de 140 000 hectares – était utilisée par Vale do Rio Cristalino, une filiale du constructeur automobile allemand, dans le but d’élever du bétail pour le vendre.

publicité

L’initiative de Volkswagen à Pará était le résultat d’un programme de subventions offert par la dictature militaire. A l’époque, le régime avait pour projet de peupler l’Amazonie à tout prix et proposait aux entreprises des prêts à taux négatifs, entre autres avantages fiscaux, pour s’installer dans la région. Les travailleurs sont arrivés dans le sud du Pará à la recherche d’emplois et de terres.

« Le gouvernement offrait des subventions, prélevait des impôts… C’était fantastique pour les hommes d’affaires », explique le père Ricardo Rezende Figueira, coordinateur d’un groupe de recherche sur le travail des esclaves à l’UFRJ (Université fédérale de Rio de Janeiro) et auteur de L’esclavage en Amazonielivre qui traite du cas de VW.

Depuis le début des années 1980, Figueira a rassemblé plus de 600 pages de documentation sur la question. Il dit qu’à l’époque, en tant que coordinateur de la CPT (Commission pastorale foncière), une entité liée à l’Église catholique, il a publiquement dénoncé l’affaire, mais n’a reçu aucune attention.

Vue aérienne de Santana do Araguaia, où se trouvait la ferme Volkswagen (Bruno Freitas/Wikimedia/CC)

Les travailleurs étaient soumis à l’esclavage pour dettes.

Le plan de Volkswagen pour attirer les travailleurs aux extrémités du Pará pendant la dictature était très simple : des salaires lucratifs et des terres à l’avenir. Les tâches, cependant, étaient inhumaines. De nombreux travailleurs ont été contraints de couper dans la forêt dans des conditions exténuantes afin de faire place au bétail du constructeur automobile allemand. Si, pour une raison quelconque, ils réclamaient de meilleures conditions de travail ou tentaient de fuir, ils étaient brutalement punis, « attachés à des arbres et battus pendant des jours », selon le procureur du travail Rafael Garcia Rodrigues, le procureur principal dans l’affaire.

« Ceux qui ont essayé d’entrer dans la forêt ne sont jamais revenus », a déclaré Garcia Rodrigues à l’agence de presse AFP. «Il n’y avait que des histoires selon lesquelles ils avaient été tués. Les travailleurs ont été systématiquement et physiquement maltraités.

Selon le MPT, il y avait environ 300 travailleurs contractuels sur l’exploitation et une centaine de travailleurs informels soumis à des conditions d’esclavage pour dettes. Selon certaines informations, ils n’ont pas été libérés de leur emploi tant qu’ils n’avaient pas remboursé les dettes contractées auprès de l’employeur pour les dépenses liées au transport, au travail et aux loisirs. Les travailleurs étaient toujours obligés d’acheter de la nourriture à la boutique de la ferme à des prix exorbitants. Certains sont même morts du paludisme, selon Garcia Rodrigues, faute d’avoir accès aux soins médicaux.

Mais il y a des détails encore plus effrayants. Selon le rapport, la ferme entretenait une petite troupe de gardes armés pour surveiller les ouvriers. « Un ouvrier a tenté de s’enfuir, mais les hommes armés l’ont attrapé. En guise de punition, ils ont kidnappé sa femme et l’ont violée. « Un autre travailleur a tenté de fuir et a reçu une balle dans la jambe. Un autre était ligoté et nu.

Volkswagen refuse de commenter, mais prend les « accusations au sérieux »

Lors de l’audience du 14, Volkswagen tentera de trouver un accord avec les promoteurs du MPT. Si vous n’assumez pas la responsabilité dans l’affaire et réparez les dommages causés, l’entreprise peut faire face à des poursuites. Dans un communiqué, le constructeur automobile allemand a déclaré qu’il « prenait les allégations très au sérieux », mais a refusé de commenter davantage « en raison d’éventuelles poursuites judiciaires ».

Ce n’est pas le premier constructeur automobile à être impliqué dans des accusations de crimes contre les droits de l’homme au Brésil. Depuis 2017, Volkswagen a reconnu sa coopération avec la dictature militaire (1964-1985), après avoir mené une enquête interne qui a généré un rapport complet réalisé par l’historien Christopher Kopper.

« Volkswagen était fidèle sans réserve au gouvernement militaire brésilien et partageait ses objectifs économiques politiques nationaux », a déclaré Kopper à l’époque dans un communiqué de la société. « La correspondance avec le conseil d’administration de Wolfsburg a mis en évidence jusqu’en 1979 un soutien sans réserve au gouvernement militaire qui ne se limitait pas à des déclarations de loyauté personnelle. »

En 2020, l’entreprise a accepté de verser 36 millions de BRL en compensation pour sa collaboration avec le régime dans la recherche et l’identification des dirigeants de gauche et des dirigeants syndicaux, qui ont ensuite été détenus et torturés. Le mandat a été signé avec le ministère public fédéral, le ministère public de l’État de São Paulo et le procureur du travail. Une grande partie de l’argent est allée aux travailleurs qui ont été victimes de violations des droits de l’homme.

Façade de l’ancienne Volkswagen à São Bernardo do Campo (Volkswagen do Brasil/Handout)

Le constructeur automobile a employé un nazi condamné

L’histoire de Volkswagen pendant la dictature militaire ne s’est toutefois pas limitée à la persécution des opposants de gauche. Dans les années 1960, le constructeur automobile allemand comptait même parmi ses employés le nazi Franz Paul Stangl, ancien commandant des camps d’extermination de Treblinka et Sobibor en Pologne. L’épisode a été révélé par la Commission nationale de la vérité (CNV) en 2014.

Après s’être évadé d’une prison en Autriche, Stangl a erré en Syrie et est arrivé au Brésil en 1951, travaillant pour Volkswagen entre 1959 et 1967. Ici, le criminel a même mis en place, au service de la dictature militaire, un secteur de contrôle et de surveillance dans le unité à São Bernardo do Campo pour espionner les employés.

Franz Stangl : Nazi a travaillé huit ans pour Volkswagen pendant la dictature (Hans Vanderweff/Wikimedia/CC)

Stangl a finalement été arrêté en février 1967 par la police fédérale après avoir été retrouvé par l’écrivain et chasseur de nazis Simon Wiesenthal. À l’époque, le patron de Volkswagen au Brésil, Friedrich Wilhelm Schultz-Wenk, un ancien membre du parti nazi, a nié que l’entreprise connaissait son passé – ce que le constructeur automobile continue d’affirmer à ce jour.

Extradé vers l’Allemagne de l’Ouest, Stangl a été condamné à la réclusion à perpétuité le 22 octobre 1970 pour la mort d’environ 900 000 personnes. En plus d’avoir commandé deux camps d’extermination pour juifs, à Treblinka et Sobibor, l’ancien policier avait également été surintendant d’Aktion T4, un programme dirigé par les nazis pour assassiner les personnes souffrant de problèmes physiques et mentaux. À propos de ses meurtres, il a dit qu’il « remplissait des obligations ».

Stangl est décédé d’une crise cardiaque le 28 juin 1971 à l’âge de 63 ans, lors d’un entretien à la prison de Düsseldorf (Allemagne de l’Ouest).

Crédit image principal : holwichakawee/Shutterstock

Lire la suite:

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !

Olivier Quirion

Je m’intéresse particulièrement à l’interaction avec mes lecteurs. C’est pourquoi je suis ouverte à toutes les conversations faisant référence aux actualités mondiales. Vous pouvez retrouver une section interactive de groupe où il sera possible de nous joindre dans un débat dénoué de mauvaises critiques. Je fais en sorte que les internautes puissent lire mes articles de la manière la plus simple possible, tout en étant divertis. Je mise ainsi sur des articles peu encombrants et qui sont faciles à digérer. C’est d’ailleurs pourquoi je priorise une rédaction courte mais intéressante à lire.
Bouton retour en haut de la page