YouTube arrête de monétiser la chaîne Monark et les utilisateurs de Twitter réagissent – Internet –

Le cas du podcasteur Monarque – qui soutenait qu’un parti nazi devrait avoir le droit d’exister – continue de retentir. O Youtube a suspendu la monétisation de sa chaîne et lui a interdit d’en créer ou d’en utiliser d’autres pour contourner la décision. Sur Twitter, les utilisateurs étaient partagés entre la défense de la liberté de la plateforme et la critique de la restriction de la liberté d’expression.

Podcaster Monark (Image : Podcast de lecture/flux)

Ce vendredi matin (18), Monark a posté une capture d’écran de son téléphone portable sur son Twitter. Il montre un e-mail envoyé par YouTube. Dans le message, la plateforme se dit préoccupée par “les récentes déclarations liées au nazisme” dans l’une des chaînes du créateur de contenu. Selon la société, cela enfreint les règles de responsabilité et de monétisation.

Pour ces raisons, YouTube a suspendu la monétisation de la chaîne “Monark”, créée après sa déconnexion du Flow Podcast. “Une fois cette mesure appliquée, vous n’aurez plus accès aux outils et fonctionnalités de monétisation”, lit-on dans l’e-mail.

La mesure va plus loin et empêche également Monark de créer un nouveau canal ou d’utiliser un canal tiers pour contourner les restrictions. S’il essaie, il enfreindra les conditions d’utilisation et sa chaîne pourra être définitivement supprimée.

En pratique, cela signifie que Monark ne peut plus gagner d’argent directement via les publicités YouTube. Même ainsi, il peut toujours utiliser ses vidéos pour demander un soutien financier par d’autres moyens, comme Patreon, par exemple.

Dans une vidéo également publiée ce matin, le podcasteur qualifie les mesures YouTube de “représailles”. “On dirait que des gens très puissants veulent complètement me détruire”, dit-il. Il demande de l’aide à ses abonnés pour retrouver la monétisation de sa chaîne.

Monark a défendu le droit au parti nazi

Dans l’épisode de Flow du 7 février , Monark a estimé qu’un parti nazi devrait pouvoir exister et être reconnu par la loi au Brésil. Le programme a eu la participation des députés fédéraux Tabata Amaral (PSB) et Kim Kataguiri (DEM).

Des entités juives telles que la Confédération israélienne du Brésil et la Fédération israélienne de São Paulo ont rejeté ces commentaires. Les sponsors de Flow ont quitté la série.

Monark a fait une vidéo s’excusant. Il dit qu’il considère le nazisme odieux et qu’il défend la liberté d’expression pour “savoir qui est un idiot”. Le podcasteur a été licencié de Flow et ne fait plus partie du partenariat de l’entreprise.

Le podcasteur avait l’habitude de dire que Flow n’était qu’une conversation informelle, une idée qui a été critiquée au sein du programme lui-même par les invités, qui ont affirmé qu’il était nécessaire d’avoir des responsabilités en raison du large public qu’il a atteint.

En 2021, Monark a également été critiqué après s’être demandé si ce serait un crime d’avoir une “opinion raciste”.

Marché libre ou attaque contre la liberté d’expression ?

Sur Twitter, les commentaires sont partagés. Certains disent que la position de YouTube ne va pas au-delà du marché libre que Monark défend. Après tout, c’est une entreprise privée, et en tant que telle, elle fait des affaires comme elle veut et avec qui elle veut, sans porter atteinte à la liberté d’expression.

alors frère…. c’est la liberté d’expression illimitée coordonnée par le marché et la foule.

C’est comme ça que ça marche

Maintenant, en tant qu’entreprise privée, elle a ses propres règles concernant qui elle veut accepter ou non.

Quand on n’est pas propriétaire des moyens de production, c’est ce qui arrive

– Normose_ (@Normose_) 18 février 2022

Vous êtes libre de dire ce que vous voulez

YouTube, en tant qu’entreprise privée, est libre de ne pas vous laisser dire ce que vous voulez sur sa plateforme

Marché libre et autres

– LOUD Jp (@nydpedro) 18 février 2022

D’autres utilisateurs, cependant, sont d’avis que YouTube appartient à une entreprise d’un billion de dollars et qu’elle ne devrait pas réglementer l’étendue de la liberté d’expression. De plus, en prenant de telles mesures, la plateforme se positionnerait comme un éditeur de contenu, ce qui la rendrait responsable de tout ce qui se trouve sur le site.

C’est une discussion très en vogue ces dernières années aux États-Unis. Les plates-formes Internet y sont protégées par l’article 230, qui les exonère de toute responsabilité pour les contenus publiés. Les républicains et les démocrates ont leurs critiques du texte.

« ain mais YouTube est libre de ne pas accepter personne X ou Y »

Droit. Si tel est le cas, alors YouTube n’est pas une plateforme mais un éditeur de contenu.

Cela signifie que YouTube est responsable dans une certaine mesure de ce qui y est diffusé.

Je soupçonne que ce n’est pas l’intérêt de Google

– Philippe Hermès (@Felippe_Hermès) 18 février 2022

Question ☝🏻 : si YouTube modère activement et décide quel contenu peut être publié et/ou monétisé, alors est-il un éditeur de contenu et légalement responsable de tout ce que des tiers publient sur la plateforme ? https://t.co/vJt5j5LCUF

— Cycliste fiscal (@aquelerebelde) 18 février 2022

Quoi qu’il en soit, certains téléspectateurs de Monark lui ont suggéré de rechercher des concurrents tels que Twitch et Facebook Watch. Après tout, lorsque vous dépendez d’une plateforme, il ne suffit pas de produire des vidéos.

Je produis des vidéos, donc oui

– ♔ Monark (@monark) 4 juillet 2019

Sumner Auclair Auclair

Je suis rédactrice web depuis 2015 et les principaux sujets que je traite sont la mode, le high tech et le sport et la santé pour les femmes. Etant féministe de base, j’aime consacrer mes recherches sur tout ce qui a attrait au monde de la femme.
Bouton retour en haut de la page