Prescription de location : 5 choses à savoir

Voici 5 choses à savoir sur les frais de location et leur prescription, du moment à l’expulsion.

Le droit du bailleur de recevoir des frais de location impayés, comme tous les droits de crédit, est également limité : c’est le terme après lequel le loyer n’est plus dû, qui dépend du type de crédit et du titre des logements auxquels il est réclamé. Voici 5 choses que vous devez savoir sur la prescription du loyer.

1. Comment fonctionne l’exigence de location ?

Le droit du bailleur de demander les arriérés de loyer est prescrit dans les 5 ans, qui commencent à partir de tout délai convenu entre le propriétaire et le locataire. Cela signifie que le bailleur n’a pas à attendre la fin du bail pour agir : il a le droit de le faire pendant l’exécution du contrat. Si ce n’est pas le cas, il se peut qu’il ne soit plus en mesure de demander un crédit.

Comment peut-il agir ? Le propriétaire, près de la prescription, peut envoyer au locataire une lettre l’avertissant de payer le montant impayé. Une telle communication aurait pour effet d’interrompre la prescription et de réexécuter le délai, à partir du lendemain de la communication elle-même.

2. Quand l’expulsion va-t-elle être prescrite ?

Dans le cas où le droit de recevoir des frais impayés est prescrit, le propriétaire peut toujours agir devant le tribunal pour demander l’expulsion. Le droit de demander l’expulsion n’a pas de délai : en effet, il existe une durée minimale pour la location de logements avant laquelle on ne peut agir, qui est de 20 jours de retard, mais pas un délai maximum.

Pour empêcher la résiliation du contrat et, par conséquent, l’expulsion peut être le paiement de tous les arriérés par le locataire, même s’il était en retard, dépassé 20 jours ou après la notification de l’appel d’expulsion et au cours de la première audience.

3. Que se passe-t-il avec un décret d’injonction ?

Si le bailleur, dans la durée des cinq années susmentionnées, est délivré par le tribunal un décret d’injonction (également accompagné de la même ordonnance d’expulsion) avec lequel le juge intime le chef d’orchestre au moment du paiement des arriérés, la limitation devient la même que celle des jugements, c’est-à-dire 10 ans. Ainsi, vous avez un vrai doublement de fois justifié par le fait que le titre sur la base duquel payer n’est plus le contrat de location, mais l’ordonnance du juge.

4. Quand le remboursement de l’acompte est-il effectué sur ordonnance ?

Le bailleur est tenu de restituer le dépôt de garantie au locataire au moment de la résiliation du contrat ou au moment de la restitution réelle du bien. Les conditions sont les suivantes :

  • que dans l’état dans lequel vous l’avez reçu
  • qu’il s’est pleinement acquitté de ses obligations liées à la maintenance, aux dommages et à la conformité de l’utilisation.

Par conséquent, lors du jugement visant à vérifier l’accomplissement du locataire, le bailleur a le droit de retenir en tout ou en partie le montant détenu sous forme de dépôt.

Le droit du locataire de restituer la garantie est prescrit dans les 10 ans à compter de la restitution réelle du bien (donc également après la résiliation formelle de la propriété).

5. Quand les intérêts en liberté sous caution sont-ils sur l’ordonnance ?

Les

intérêts légaux annuels s’accumulent sur le dépôt de garantie. Le bailleur est tenu de verser au locataire les intérêts accumulés sur le titre à la fin de chaque année (ou même à l’échéance contractuelle), même en l’absence de demande expresse du chef d’orchestre.

En cas de non-paiement des intérêts dans les délais annuels, ce dernier doit être restitué, avec le dépôt de garantie, lorsque le contrat est résilié et que le locataire a entièrement rempli ses propres obligations. Toutefois, les intérêts peuvent être compensés par le bailleur par des frais impayés. Le droit du locataire de restituer les intérêts accumulés sur le dépôt de garantie est prescrit dans les 5 ans.

Lisez aussi -> Nouvelles règles d’enregistrement du bail

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page