Publié le 30 mars 2017 à 19:44

Dorian Godon : « Essayer d’être acteur de la course »

© Le Grand Plateau

Nouvel épisode du carnet de route de Dorian Godon, coureur néo-professionnel au sein de l’équipe Cofidis. Dans ce troisième volet, le cycliste revient sur son mois de mars, composé de montagnes niçoises et de pavés belges. Le Lyonnais a notamment participé à la victoire de Nacer Bouhanni sur Nokere-Koerse. Il regarde vers le mois d’avril, qu’il entame pied au plancher, avec neuf jours de course en deux semaines.

« Bonjour à tous,

Après une fin de mois de février dense, j’ai moins couru en mars avec trois jours de compétition. Cependant, pendant que mes coéquipiers bataillaient sur les routes de Paris-Nice, j’ai participé à un stage organisé par Cofidis. Durant une semaine, j’ai pu profiter des magnifiques paysages de l’arrière-pays niçois dans de superbes conditions. Au programme, des intensités, du rythme derrière scooter, de la force et surtout du dénivelé. Avec mes coéquipiers présents, nous avons enchaîné les longues sorties montagneuses.

Le coureur de vingt ans a participé au succès de Nacer Bouhanni sur Nokere-Koerse – (c) Sirotti

Côté courses, j’ai pris la direction de la Belgique. Changement de décor radical. Le vent, la pluie et les pavés : un cocktail détonnant. Lors d’À Travers la Flandre-Occidentale, le peloton était nerveux dès le baisser du drapeau et les bordures n’ont pas tardé. Une vraie course de guerriers. On est en prise tout au long de la journée. Pour Nokere-Koerse, le beau temps était de la partie.

Nacer Bouhanni, notre leader, était au départ de cette classique belge. L’objectif de l’équipe était de favoriser un sprint massif. On devait filtrer les coups, pour éviter qu’un groupe important ne s’échappe, et contrôler la course. Mon rôle consistait à rouler la majeure partie de la journée pour maintenir l’écart. J’ai passé un dernier relais à vingt kilomètres de la fin et je me suis écarté. Nacer a dominé le sprint et apporté la deuxième victoire de la saison à Cofidis. C’est satisfaisant de participer aux victoires de l’équipe et je suis persuadé qu’il y en aura d’autres.

Mon programme de courses est chargé en ce début de printemps. En deux semaines, j’enchaîne neuf jours de compétitions. Je commence dès vendredi avec la Route Adélie, avant la Roue Tourangelle, ce dimanche. Ensuite, je serai au départ du Circuit de la Sarthe, de Paris-Camembert, du Tour du Finistère et du Tro Bro Léon. Un bon bloc pour progresser. J’espère être compétitif jusqu’en Bretagne. Une course atypique qui se rapproche des classiques. On verra comment je sors de cet enchaînement. Début mai, je retournerai sur les routes de ma région avec le Rhône-Alpes Isère Tour.

Après un mois de mars basé sur l’entraînement, Dorian Godon enchaîne neuf jours de course en deux semaines – (c) Sirotti

Depuis le début de saison, j’alterne les périodes d’entraînement et les périodes de compétition. Ce mode de fonctionnement me convient bien. Lorsque l’on enchaîne les épreuves dans un périmètre réduit, on limite les trajets. Du coup, on a moins de déplacement et, par conséquence, moins de fatigue. C’est tout bénéfice pour le coureur.

Sur les prochaines compétitions, il est évident que l’équipe cherchera à lever les bras. Pour ma part, mes objectifs vont dépendre de la stratégie collective au départ. Mes directeurs sportifs peuvent me demander de rouler pour favoriser un sprint ou protéger un leader. Sinon, suivant les opportunités, j’essaierai d’être acteur de la course. Après une période de découverte, qui s’est bien déroulée, il faut continuer l’apprentissage en faisant la course à l’avant et en prenant des initiatives.

Nous avons récemment appris que l’équipe Cofidis sera présente au départ de la Vuelta. C’est une satisfaction, mais une décision logique. Cependant, on a vu que les organisateurs avaient fait des choix surprenants, notamment en n’invitant pas Direct Energie. Pour ma part, la course espagnole ne sera pas à mon programme. Pour une première saison, une course de trois semaines c’est excessif. Je n’ai pas encore couru sur une semaine ! Déjà, je vais rouler quatre jours sur le Circuit de la Sarthe, puis sur le Rhône-Alpes Isère Tour. Le prochain palier sera de participer à une compétition d’une semaine. »

Nationalité :
Age : 21 ans
Equipe : Cofidis, Solutions Crédits

À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*