Publié le 13 juin 2017 à 14:21

Le Tour de Suisse prend de la hauteur

De notre envoyé spécial à Villars-sur-Ollon.

Si les premières étapes du Tour de Suisse 2017 ont pu s’apparenter à un long fleuve tranquille pour certains, il en sera tout autre dès ce mardi avec l’étape entre Berne et Villars-sur-Ollon. Entre les cantons de Berne et de Vaud, les organismes seront sans doute mis à mal par les près de 2 736 mètres de dénivelé positif et les ascensions du Col des Mosses (1ère catégorie) et de Villars-sur-Ollon (hors-catégorie).

La mise en bouche du Tour de Suisse a été incapable de creuser des écarts, laissant un providentiel maillot jaune à l’Australien Michael Matthews. Parmi les premiers grands perdants de ces trois premiers jours, on nommera les Colombiens Jarlinson Pantano et Sebastian Henao et le Suisse Sébastien Reichenbach, victime d’ennuis gastriques lundi et annoncé non-partant mardi.

En tête, les cinquante premiers se tiennent toujours dans un mouchoir de poche, augurant du spectacle pour l’étape alpestre de Villars-sur-Ollon. Si les locaux Mathias Frank ou Steve Morabito voudront montrer le maillot, les équipes des grands leaders joueront des coudes pour placer leur protégé dans les meilleures dispositions d’une côte longue de dix kilomètres.

La même arrivée qu’au Tour de Romandie 2016

Les pourcentages peu affolants de la montée finale (entre 5 et 8% sur la fin) pourraient la faire négliger par certaines équipes. Or, l’édition 2016 du Tour de Romandie a prouvé le contraire l’an dernier. Bien que placé la veille de l’arrivée finale à Genève, elle avait permis à Nairo Quintana d’asseoir sa domination sur la boucle romande. Cette année, le peloton l’empruntera néanmoins par l’autre versant (depuis Ollon), moins pentu.

À l’époque, les grimpeurs Kudus, Rolland ou Majka concédaient plus d’une minute et trente secondes au lauréat du jour, Chris Froome, qui finissait les traits du visage marqués par l’effort. Les conditions, elles, ont changé. La météo s’annonce plus clémente. La bataille, en revanche, risque d’être rude. Avis aux amateurs de spectacle.

À propos de Mathieu Roduit 220 Articles
Étudiant en licence d'information et de communication, Mathieu a déjà mis un pied dans le monde du journalisme. Pigiste sportif dans plusieurs quotidiens en Suisse, il possède de nombreuses cordes à son arc. Ce cycliste amateur a fait de la petite reine son domaine. Mathieu a cofondé Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*