Différence entre l’actif et le passif

Les entrepreneurs, mais aussi ceux qui travaillent dans le domaine économique et financier, auront sans aucun doute entendu parler de la différence entre l’actif et le passif. Nous allons approfondir le sujet ensemble et essayer de comprendre pourquoi il est si important de connaître la situation économique d’une entreprise.

Le bilan (optique synthétique 1 an ou optique 3 ans) n’est pas seulement un instrument permettant à l’entrepreneur de calculer le résultat d’exploitation sur la base duquel déterminer les bénéfices tirés de la distribution et du capital d’exploitation connecté. Il s’agit également d’un outil d’information destiné à des tiers.

Pensons, par exemple, aux créanciers et aux banques qui, par le biais de sa consultation, peuvent évaluer le montant du capital social idéal comme garantie de la dette, et la rentabilité de l’entreprise dans le temps qui exprime, d’autre part, la capacité de faire face à leurs dettes ; ou, à l’APP qui peut ainsi calculer le résultat d’exploitation sur la base duquel déterminer les impôts, etc…

Le bilan se compose de : bilan, compte de résultat et note supplémentaire. Nous n’allons pas analyser les trois documents, car nous en avons déjà pris soin dans l’article sur la lecture d’un rapport d’activité. Aujourd’hui, nous nous concentrerons uniquement sur le bilan.

Que saisir dans le bilan : actifs et passifs

Le bilan représente la situation des actifs de la société à un moment précis de la vie de l’entreprise (généralement identifié au 31 décembre de chaque année). Il est divisé en deux sections opposées appelées actifs et passifs, indiquant ainsi les sources de financement de l’entreprise et les utilisations des sources.

Les actifs du bilan

Les activités, indiquées à gauche, sont des ressources économiques que l’entreprise utilise pour réaliser ses activités de production. Ils distinguent les actifs courants et les immobilisations.

Parmi les premières, il y a toutes les ressources qui peuvent se transformer en liquidités d’ici l’année suivant la dernière clôture du bilan, tandis que ces dernières sont constituées des ressources utilisées pour l’achat de biens « utiles pluriannuels » et ont donc une valeur sur plusieurs exercices financiers suivants.

Les éléments suivants sont généralement inclus dans les actifs actuels :

  • Cash ou liquidités immédiatement disponibles ;
  • Crédits, composés de chèques, de factures, etc. pouvant devenir liquidités dans une très courte période ;
  • Inventaires, qui concernent les produits finis bloqués en stock mais prêts à être vendus, stocks de matières premières et/ou de produits semi-finis ;
  • les comptes d’exercice et les comptes actifs.

Dans les immobilisations, par exemple, les éléments suivants sont les suivants :

  • Bâtiments, abris et tout type de bâtiment utile pour le
  • , tout ce qui est essentiel à la production des biens ; les

  • actifs financiers, tels que les titres et les avoirs (actions) à validité pluriannuelle, comme les crédits à long terme ;

Les passifs du bilan

Les passifs sont plutôt des éléments qui représentent les obligations contractées pendant l’exercice de l’activité commerciale.

Dans la partie droite du bilan, nous trouvons généralement :

Fonds

  • propres ;
  • fonds pour risques et charges ;
  • traitement subordonné de fin d’emploi ;
  • dettes envers les actionnaires, clients, fournisseurs, banques, filiales ou autres créanciers ;
  • dettes provenant de cotisations fiscales ou de retraite ;
  • charges à payer et comptes créditeurs.

Quelle est la différence entre l’actif et le passif du bilan ?

À partir de la différence comptable entre actifs et passifs, le bilan est obtenu, lorsque le bilan est positif, « capitaux propres » ou « fonds propres » ; si la différence est négative, il prend le nom de « passifs non couverts ».

Au début de l’activité commerciale, les capitaux propres coïncident avec le capital fourni par les actionnaires. Par la suite, le montant des capitaux propres varie en fonction des réserves légales et/ou statutaires mises de côté, de la présence de gains ou de pertes découlant des années précédentes et de toute autre contribution de capital des actionnaires.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page