Qui combat qui en Ukraine

établir l’Ukraine en tant qu’État souverain indépendant de la Russie, mais pas sur une plate-forme anti-russe.

L’avenir de l’Ukraine est encore plus compliqué car elle se trouve également à la frontière d’une Europe divisée. Un règlement d’après-guerre froide mutuellement acceptable n’a jamais été atteint car l’Occident a exclu la Russie de la nouvelle Europe. Par la suite, un concept à somme nulle et orwellien d’« intégration européenne » a été promu dans lequel tous les États européens doivent se séparer de la Russie en tant que plus grand État d’Europe, et se tourner plutôt vers l’OTAN et l’UE pour le leadership. En termes simples, les nationalistes ethnoculturels occidentaux et monistes d’Ukraine sont des compagnons de route en termes d’approche d’exclusion de l’édification d’une nation et d’une région : une Ukraine qui supprime les Ukrainiens de l’Est, intégrée dans une Europe nettoyée de toute histoire et influence russes.

Une guerre pourrait facilement devenir inévitable. Au niveau national, les Ukrainiens de l’Est qui ont protesté contre la légitimité du Maïdan soutenu par l’Occident en 2014 ont été attaqués par les nouvelles autorités de Kiev. Au niveau régional, la Russie ne restera pas les bras croisés si Kiev, armée par l’OTAN, attaque le Donbass. De plus, la Russie considère l’expansion de l’OTAN en Ukraine comme une menace existentielle, et s’y opposera un peu comme les États-Unis n’ont pas pu accepter les missiles soviétiques à Cuba en 1962. L’OTAN proclame maintenant qu’elle est « aux côtés de l’Ukraine », bien qu’en réalité l’OTAN ait mis l’Ukraine sur une chemin vers sa propre destruction.

Un conflit domestique ?

L’accord de Minsk de 2015, approuvé par l’ONU, a défini la guerre comme un conflit intérieur avec des solutions nationales. L’accord stipule que Kiev doit s’engager diplomatiquement avec le Donbass pour accorder l’autonomie de la région, et ce n’est qu’ensuite que les dirigeants séparatistes donneront à Kiev le contrôle des frontières internationales de l’Ukraine. En plus d’aborder les points de vue opposés sur l’édification de la nation, la solution du fédéralisme résout également la question de l’édification de la région, car le pouvoir décentralisé dans une Ukraine fédéralisée rendrait impossible l’adhésion à un bloc occidental ou à un bloc dirigé par la Russie.

Des critiques raisonnables peuvent être formulées à l’encontre de l’accord de Minsk, car il n’aborde pas la perspective de participants étrangers. Les lignes rouges de Moscou impliquent que la Russie participe à l’impasse, mais cela signifie que l’OTAN devrait alors également être reconnue comme participant. L’Occident a soutenu le coup d’État de 2014 et soutenu les « opérations antiterroristes » de Kiev contre les Ukrainiens de l’Est qui s’opposaient au Maïdan. L’OTAN prépare également le terrain pour une solution militaire contre le Donbass en sanctionnant la Russie, en armant l’Ukraine et en refusant de faire pression sur Kiev pour qu’elle honore son obligation en vertu de l’accord de Minsk.

L’hostilité envers l’accord de Minsk est également évidente par la réticence de la classe des médias politiques occidentaux à informer son public sur les détails de l’accord de Minsk et le refus ouvert de Kiev de s’y conformer. Au lieu de cela, la classe des médias politiques occidentaux suggère de manière malhonnête que la Russie ne se conforme pas, même si la Russie n’est même pas mentionnée dans l’accord de Minsk.

Un conflit Ukraine-Russie ?

L’effort collectif de Kiev et de l’OTAN pour redéfinir la guerre comme un conflit entre l’Ukraine et la Russie est une tentative cynique de saper l’accord de Minsk et de priver les Ukrainiens de l’Est de toute agence en les rétrogradant au rang de simples agents de la Russie, tout en permettant au bloc militaire de se renommer. comme simplement « en attente » de l’Ukraine. Cela correspond à la propagande occidentale qui a décrit le coup d’État de 2014 comme une « révolution démocratique » et la volonté du peuple ukrainien, tandis que l’opposition au coup d’État est délégitimée comme une simple « guerre hybride » russe.

Présenter le conflit du Donbass comme un conflit Ukraine-Russie implique aussi que la représentation des Ukrainiens de l’Est peut être brutalement écrasée. Les États-Unis soutiennent ouvertement la répression de Kiev contre les médias et les manifestants de l’opposition, l’emprisonnement du principal chef de l’opposition, les lois linguistiques oppressives et d’autres efforts visant à marginaliser les Ukrainiens de l’Est avec une vision pluraliste de l’édification de la nation. Le plus grotesque est que les États-Unis soutiennent le récit historique anti-russe qui célèbre les collaborateurs nazis en tant que combattants de la liberté. Chaque année depuis 2013, les États-Unis ont voté contre une résolution de l’ONU « combattant la glorification du nazisme » pour protéger le point de vue ethno-nationaliste selon lequel les fascistes ukrainiens occidentaux collaborant avec Hitler contre l’Union soviétique étaient des héros. En novembre 2021, les États-Unis et l’Ukraine étaient les deux seuls pays au monde à voter contre la résolution.

Une approche plus large pour résoudre la guerre en Ukraine

Il est raisonnable de soutenir qu’une paix durable exige que les acteurs internationaux comme la Russie et l’OTAN soient identifiés comme des participants à la crise ukrainienne. Cela dit, les tentatives malhonnêtes de le présenter comme un conflit entre l’Ukraine et la Russie ne sont qu’un effort pour défaire l’accord de Minsk visant à nettoyer l’Ukraine de l’influence ukrainienne orientale et à purger l’Europe de l’influence russe. L’accord de Minsk est limité aux participants nationaux, bien que cela devrait être résolu en le complétant avec ce qui a été rejeté par l’Occident après la guerre froide – un accord mutuellement acceptable sur la sécurité européenne qui pourrait mettre fin aux batailles sur la région.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette colonne sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

(RT.com)

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page